Vivre à Orsières
Espace citoyen
Billet CFF
Guichet virtuel
Economie
Culture et sport
Tourisme
Nature et paysage
Galerie photos
 
Accueil   >  Culture et sport  >  Musées & Patrimoine
Le moulin d'Issert
Le moulin d'Issert restauré est ouvert au public.

L'historien a découvert qu'on changeait déjà la meule vers 1200... Allez savoir depuis quand il tourne au sommet d'Issert, moulant pour l'habitant le seigle nourricier.

Il se tut vers 1950 et on le délaissa. Mais la jeune génération qui le voyait pérécliter n'a pas permis l'irréparable. Elle l'a repris, refait, recouvert, réinstallé, remis en route.

2014 : Le moulin d'Issert n'est actuellement plus en activité. D'importants dégâts au niveau de la prise d'eau ne permettent plus de le faire tourner. Il est toutefois toujours possible de visiter le moulin en tant que musée, sur demande téléphonique.

Contact
Oppikofer Gapany Alexandra (détails)
Les fours à pain
De nombreux fours à pain ont été conservés et restaurés.
S'ils ont, au village principal, subi leur mue chez les boulangers, de nombreux hameaux les ont conservés, entretenus, restaurés et les allument plusieurs fois l'an.

Sur la rive droite, citons les fours de La Rosière, Reppaz et Commeire. Sur l'autre versant: Chez-les-Reuses, Soulalex, Verlonne et Prassurny et , le long de la Dranse: La Douay, Somlaproz et les Arlaches.

On appelle ce four villageois, un four banal. Banal est une lointaine référence au droit du moyen âge. Ban y signifie "astreinte". le four banal était celui que le seigneur avait fait construire et qui était obligatoire. On ne pouvait cuire son pain ailleurs. La raison principale en était la sécurité contre le feu, ce grand ennemi des temps passés, terrible à des hameaux construits en bois et n'ayant pour l'éteindre que les seaux d'eau apportés de la fontaine. Souvent ceux qui cuisaient le pain à domicile y firent un feu qui de proche en proche détruisit le village.

Le Mai de Praz-de-Fort
L'érection du mai à Praz-de-Fort, une tradition vivace, un symbole de liberté et de solidarité.

De lointaine origine celte, imposé dans nos contrées au temps de la révolution comme un signe de liberté, l'arbre de mai se levait encore dans plusieurs villages au début du dernier siècle.

La coutume abandonnée renaquit à Praz-de-Fort en 1944 et s'est maintenue jusqu'à nos jours. C'est le premier dimanche de mai que l'on amène sur la place du village un sapin de belle longueur. On lui laisse un bouquet de branches en son sommet et on le surmonte d'un drapeau. Il faut signaler que ce drapeau doit être à la fois suisse et valaisan, pour rappeler que dans ce pays on ne saurait être suisse sans être d'abord de son canton.

Ce Mai, c'est ainsi qu'on le désigne, est soulevé à bras d'hommes par les sociétaires et leurs amis. La technique est éprouvée et l'histoire du Mai est riche d'années ventées, d'années pluvieuses, de neige et de soleil. Il y en eut même un, plus grand que les autres, qu'on ne put stabiliser une fois la verticale atteinte et qui bascula de l'autre côté, se rompant dans la chute; et un autre qui servit de paratonnerre au village et fut décapité par la foudre un jour d'été.

Le jardin botanique Flore-Alpe, Champex-Lac
Le jardin botanique présente un vaste choix d'espèces de la flore locale, des régions avoisinantes aussi bien que des massifs montagneux d'Europe et de contrées plus lointaine.
Le jardin botanique alpin "Flore-Alpe" est situé à 1520 mètres d’altitude au pied des pentes méridionales du Catogne, sur la commune d’Orsières, soit à la limite orientale du massif du Mont-Blanc.

Lieu enchanteur parsemé de sentiers et de ruisselets serpentant entre les rocailles, de petits ponts surplombant les pièces d’eau, le jardin offre un magnifique et unique panorama sur le lac de Champex et les cimes enneigées des Combins. Situé sur un substrat siliceux, la construction de deux importants massifs de tuf et d'un éboulis calcaire a permis la culture d'espèces des régions calcaires.

Sur près de 6000 m2 de rocailles "Flore-Alpe" comprend plus de 3000 plantes (espèces, sous-espèces, variétés) provenant aussi bien des Alpes que des montagnes des cinq continents, ce qui en fait un des jardins botaniques les plus riches des Alpes.

Pour en savoir plus...
Contact
Jardin botanique alpin Flore-Alpe (détails)
Fort d'artillerie de Champex-Lac

Un monde fascinant, au coeur de la montagne dans une ambiance étrange : une forteresse cachée sous les Alpes.

Le fort d'artillerie de Champex-Lac constitue le pivot central du dispositif fortifié de la région du Grand-Saint-Bernard.

Construit en 1940 et 1943, modernisé et adapté à un évenuel conflit nucléaire durant la période de la guerre froide, l'ouvrage a été utilisé par l'armée suisse jusqu'en 1998. Plus de 600 mètres de galeries creusées dans la montagne. Totalement invisible de l'extérieur, le fort pouvait abriter 300 hommes.

Horaires :
Mercredi à dimanche, du 20.06 au 30.06 et du 03.09 au 07.09, à 17h
Mercredi à dimanche, du 01.07 au 30.08, à 14h et 16h30
Visite sur demande pour groupes

Tarifs :
Enfant : Fr. 8.-
Etudiant : Fr. 10.-
Adulte : Fr. 14.-
Groupe : Fr. 10.- (dès 10 personnes)

Contact
Office du tourisme de Champex-Lac (détails)
Adresses utiles
  Association Pro Forteresse 1920  Martigny 2   (détails)
  Fort d'artillerie 1938  Champex-Lac   (détails)
Login